Marie Rancillac

Après des études de stylisme et une carrière dans la mode, j’ai décidé de me consacrer à la sculpture céramique

Pour modeler le terre j’ai préféré, au lieu de représenter des femmes nues, choisir mes modèles dans les "natures mortes", fruits et légumes.

Quoi de plus noble, de plus attirant que la courbe d'une courge, le bombement d'un navet, le galbe d'une poire pour l’œil du sculpteur. Les attirances, les fascinations anthropomorphiques sont innombrables.

J’utilise du grès chamotté dont j’apprécie la souplesse et la plasticité, j’aime aussi sa dureté après cuisson. Entre travail à la plaque et colombins, je monte, en les lissant, des rubans de terre façonnant ainsi des formes qui seront assemblées, accolées ou empilées. Ce qui prime finalement c'est le volume, la générosité, l'offrande exprimés par ces sculptures. Mais aussi le plaisir d'évaluer, de comparer ces courbes (ou figures ?) flatteuses, les faire s'affronter dans une stratégie poétique.

Vous trouverez plus d'informations sur www.marierancillac.fr