Jean Couturier

Après la série des grands pots à paroi tendue, Jean Couturier déstructure à nouveau ces céramiques, c'est ainsi qu'est né la série des « sales bêtes » comme il se plaît à les nommer.

Il a présenté plusieurs fois ce poème lors d'expositions :

Regarde le potier qui façonne la glaise.
Pourquoi est-il brutal ? A-t-il raison ou tort ?
Irait-il triturer cette argile à son aise,
s'il pensait que c'est la poussière de ses morts ?

Omar Khayyâm
(quatrain 114, p.92)

Vous trouverez plus d'information sur jeancouturier.net